Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > S’informer > International > Europe > Dossier : sur la question nationale en Europe de l’Ouest

Dossier : sur la question nationale en Europe de l’Ouest

Le référendum écossais et l’amplification de la revendication catalane ont remis au premier plan la question nationale en Europe de l’Ouest. La Belgique est pour sa part confrontée à la question flamande. Vu l’ampleur des questions qu’elles posent, nous avons choisi de focaliser ce dossier sur ces trois revendications nationales, même si elles n’épuisent pas l’ensemble du sujet.

Quelques éléments sur la question nationale en Europe de l’Ouest

Pour les nationalistes, les nations s’ancrent dans un passé immémorial. Cette vision est largement démentie par les travaux historiques. Comme l’écrit Anne-Marie Thiesse, « les nations modernes ont été construites autrement que ne le racontent leur histoire officielle. Leurs origines ne se perdent pas dans la nuit des temps […] La lente constitution de territoires au hasard des conquêtes et des alliances n’est pas non plus genèse des nations : elle n’est que l’histoire tumultueuse de principautés et de royaumes […] Les premiers exemples ne sont pas antérieurs au XVIIIe siècle : pas de nation au sens moderne, c’est-à-dire politique, avant cette date. » [1]

Pas de nation avant le XVIIIe siècle

Antérieurement au XVIIIe siècle, existait dans certaines populations le sentiment plus ou moins diffus d’appartenir à une entité dépassant les limites de l’environnement immédiat. Ce sentiment était probablement plus fort dans les couches sociales instruites et/ou mobiles ; il devait être moins prégnant dans les couches populaires, notamment paysannes utilisant des parlers locaux, souvent illettrées et à l’horizon géographique restreint à leur village et à sa proximité.

Par ailleurs, les circonstances historiques ont pu jouer. Il est ainsi soutenu que la Reconquista espagnole (l’avancée vers le sud des royaumes chrétiens unifiés sous la direction castillane, jusqu’à faire disparaitre les États musulmans), la rupture avec le catholicisme en Angleterre et en Allemagne, la guerre de de Cent ans en France ont contribué à la diffusion d’un sentiment de type national dans ces différentes contrées ; c’est-à-dire à la conscience d’une communauté allant au-delà de l’horizon immédiat et différente de celles que pouvaient constituer d’autres populations.

Selon divers auteurs, l’imprimerie a joué un rôle majeur dans la diffusion des sentiments nationaux en favorisant le primat d’une langue. En effet, les contraintes techniques et commerciales de l’imprimerie, l’obligation de rentabilité ont conduit les imprimeurs, pour ne pas multiplier les petits tirages, à privilégier les langues qui permettaient de toucher le public le plus large : des langues « moyennes » accessibles à ceux qui utilisaient dans la vie courante des parlers différents mais proches.

Dans chaque grand État ou groupe d’États (l’Italie et l’Allemagne étant encore fragmentées), un langage acquit peu à peu un statut commun même si une grande partie de la population ne le maitrisait pas : en France, sur 24 millions d’habitants en 1791, 3 millions parlaient correctement le français et 6 millions ne le comprenaient pas ; au moment de l’unification italienne, en 1860, seule une minorité limitée (de l’ordre de 12 % de la population) comprenait le toscan, base de l’italien.

Les transformations économiques et l’avènement du capitalisme jouèrent évidemment un rôle dans la constitution des nations et leur projection politique en États. Comme Marx et Engels le notaient dans Le Manifeste du parti communiste : « La bourgeoisie supprime de plus en plus l’émiettement des moyens de production, de la propriété et de la population. […] La conséquence totale de ces changements a été la centralisation politique. Des provinces indépendantes, tout juste fédérées entre elles, ayant des intérêts, des lois, des gouvernements, des tarifs douaniers différents, ont été réunies en une seule nation, avec un seul gouvernement, une seule loi, un seul intérêt national de classe, derrière un seul cordon douanier ».

D’autres aspects pourraient être pris en compte mais la conclusion est claire : l’idée nationale, au sens de la revendication démocratique de populations qui pensent se ressembler à se trouver rassemblées sous l’autorité de gouvernants dont elles estiment qu’ils leur ressemblent, ne remonte guère qu’à la seconde moitié du XVIIIe siècle [2]. Les guerres entre la France révolutionnaire puis napoléonienne et les puissances monarchistes ont été à la fois des guerres « idéologiques » (entre le vieux et l’ancien monde) et des guerres d’annexion de la part de la France. Leur durée, le fait qu’elles aient été menées par des armées de volontaires et de conscription (et non plus par des mercenaires comme souvent sous l’Ancien Régime) ont aussi contribué à la solidification d’une conscience nationale : en France même, en Angleterre, dans l’Allemagne (non encore unifiée), en Espagne…

Droit au divorce et obligation du divorce

Au sortir des guerres de la Révolution et de l’Empire, les sentiments nationaux se sont donc renforcés. Certaines nations restaient divisées : Italie, Allemagne. Des États multinationaux englobaient des nationalités différentes : empire d’Autriche, empire turc (qui comprenait la Grèce et les Balkans). Le Royaume-Uni incluait l’Ecosse et surtout l’Irlande. Les situations des nations n’ayant pas accédé à un État étaient très différentes. Le « mouvement des nationalités » allait marquer tout le XIXe siècle et être à l’origine de révolutions (en 1848), de révoltes populaires (en Grèce, dans les Balkans, en Irlande), de guerres (autour des unifications italienne et allemande, puis entre les nouveaux États balkaniques devenus indépendants), de développement de partis politiques des nations minoritaires là où le débat parlementaire était possible (Autriche-Hongrie).

Avec la Première guerre mondiale, les empires multinationaux (Turquie et Autriche-Hongrie) s’écroulèrent, de nouveaux États apparurent en Europe centrale et orientale, puis l’Irlande (du Sud) conquit son indépendance. Bien plus tard, la chute de l’URSS a été suivie de l’apparition de nouveaux États (de façon sanglante dans l’ex-Yougoslavie, dont la création avait pourtant répondu à une vraie aspiration). L’Europe de l’Ouest et centrale est maintenant pour l’essentiel englobée dans l’Union européenne.

Marx et Engels ont élaboré leur pensée en plein « mouvement des nationalités ». Sur la question nationale, leur héritage a deux lignes de force. D’abord, l’internationalisme : au-delà du célèbre
« Les prolétaires n’ont pas de patrie » (qui a pu faire l’objet d’interprétations diverses [3]), plus essentiel apparaît ce passage du « Manifeste » : « dans les différentes luttes nationales du prolétariat, [les communistes] mettent en avant et font valoir les intérêts indépendants de la nationalité et communs à tout le prolétariat ». Ensuite, le droit des nations à disposer d’elles-mêmes, qui apparaît dans des articles de Marx sur la Pologne (alors soumise essentiellement à l’Empire russe) et l’Irlande.

Il convient de préciser qu’on ne trouve chez Marx aucune définition de la nation ; Engels, pour sa part, s’était lancé dans une distinction hasardeuse entre les nations ayant vocation à s’ériger en États et les « peuples sans histoire », ou survivants d’étapes passées de l’histoire, qui ne l’ont pas. Les marxistes ont dû apprécier les situations concrètes à la lumière de cet héritage. Rosa Luxembourg, au nom du primat de l’internationalisme, dénonça le combat des Polonais pour l’indépendance. Lénine, pour sa part, soutint le droit des Polonais et des nationalités opprimées à la séparation, en considérant que ce droit était inconditionnel : « l’éducation internationaliste des ouvriers des pays oppresseurs doit nécessairement consister en premier lieu à prêcher et à défendre le principe de la liberté de séparation des pays opprimés. Sinon, pas d’internationalisme » [4]. Mais il n’en découlait pas que les communistes devaient se battre pour la séparation en toute circonstance : il pouvait être plus adapté du point de vue du prolétariat national et international de prôner une « union librement consentie ».

Séparatismes d’aujourd’hui

Au début du XXIe siècle, la question nationale en Europe occidentale n’a pas disparu ; on peut même dire qu’elle connait un regain d’actualité. Les revendications nationales visent à obtenir un régime spécifique (des droits particuliers) au sein de l’entité étatique de rattachement ou bien à la séparation. Trois cas font actuellement l’actualité : l’Ecosse par rapport au Royaume-Uni, la Flandre par rapport à la Belgique, la Catalogne (et le Pays basque) par rapport à l’État espagnol. L’Ecosse a été indépendante (juridiquement, jusqu’à l’Acte d’Union de 1707), de même que la Catalogne (indépendante au Moyen-Age, celle-ci avait conservé son autonomie jusqu’en 1714 et l’avait reconquise avec la République espagnole en 1932 avant de subir la répression franquiste), tandis que la Flandre a subi une oppression linguistique (durant le 1er siècle de l’État belge).

Mais les séparatismes actuels ne sont pas simplement l’ombre portée du passé : ils se développent dans un contexte renouvelé, celui du capitalisme mondialisé, de l’Union européenne et de l’austérité. La capacité de décision des États semble s’évaporer tandis que les politiques d’austérité minent leur légitimité. Cela suscite une aspiration populaire à un pouvoir politique capable d’agir. Divers courants prétendent répondre à cette aspiration : les anticapitalistes (mais ils sont trop faibles pour être crédibles), des courants réformistes de gauche, mais aussi l’extrême-droite.

Les forces politiques séparatistes s’insèrent elles aussi dans ce paysage et promettent de faire mieux que les États actuels ; dans les régions « riches », notamment, se renforce l’écho des récriminations contre l’État central « gaspilleur », « inefficace », etc. D’anciennes aspirations prennent ainsi un nouveau visage : selon les cas, elles ont une réalité populaire plus ou moins forte et s’incarnent dans des forces politiques plus ou moins de droite ou de gauche, et aussi plus ou moins ouvertes vis-à-vis des populations provenant d’ailleurs. On pourrait dire avec l’historien anglais Eric Hobsbawm que le nationalisme est devenu aujourd’hui, en tout cas en Europe, « un catalyseur d’autres phénomènes ». [5]

Henri Wilno


La LCR belge a édité un recueil de textes, « Cahiers de formation marxiste n° 8 – Textes de formation et de débats sur le marxisme et la question nationale » :


Voir en ligne : http://www.npa2009.org/idees/sur-la...

Notes

[1Anne-Marie Thiesse, « La création des identités nationales, Europe XVIIe-XXe siècle », Seuil, 1999.

[2Guy Hermet, « Histoire des nations et des nationalismes en Europe », Points Seuil, 1996.

[3Roman Rodolsky, « Les travailleurs et la patrie, Note sur un passage du « Manifeste Communiste » », été 1965, https://www.marxists.org/francais/rosdolsky/works/1965/00/patrie.htm

[4Lénine « Bilan d’une discussion sur le droit des nations à disposer d’elles-mêmes », 1916, https://www.marxists.org/francais/lenin/works/1916/07/19160700h.htm

[5Eric Hobsbawm, « Nations et nationalisme depuis 1780 », Folio Histoire, 2002.

Répondre à cet article

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le lundi 11 décembre 2017