Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Formation > Dossier > COP 21 : négociations et mobilisations

COP 21 : négociations et mobilisations

COP 21 : Kesaco ?

Conférence des Parties signataires de la CCNUCC (Convention cadre des nations unies sur le changement climatique)

  • Le 23 juin 1988 James Hansen ( NASA) devant le Sénat Américain : à 99 % certain de la réalité d’une tendance au réchauffement climatique lié aux activités humaines. « il est temps d’arrêter de baratiner »
  • Novembre 1988 : première séance du GIEC.
  • Sommet de la Terre de Rio en 1992 => CCNUCC entrera en vigueur en 1994. Elle reconnaît trois grands principes :
    • le principe de précaution,
    • le principe des responsabilités communes mais différenciées,
    • le principe du droit au développement.

MAIS pas trop !

« Il convient d’éviter que les mesures prises pour lutter contre les changements climatiques, y compris les mesures unilatérales, constituent un moyen d’imposer des discriminations arbitraires ou injustifiables sur le plan du commerce international, ou des entraves déguisées à ce commerce. » (idem pour le protocole de Kyoto)
Réunion annuelle depuis 1995 COP 1 à Berlin.

Depuis :

COP 3 (Kyoto 1997).

  • révision des objectifs initiaux de la Convention de Rio considérés trop faibles, établissement de nouveaux objectifs
  • adoption d’un protocole visant à réduire entre 2008 et 2012 de 5,2 % par rapport au niveau de 1990 les émissions de six GES : dioxyde de carbone, méthane, protoxyde d’azote et trois substituts des chlorofluorocarbones, avec un objectif national précis pour chaque pays. (UE -8 %, dont Allemagne -25 %, Grande-Bretagne -15 %).
Mais aussi une innovation = trois « mécanismes de flexibilité »
  • marché du carbone et attribution de crédits aux parties qui réduisent les émissions de GES dans d’autres pays.
  • le commerce de droits d’émissions entre pays industrialisés ou entre sociétés industrielles. La mise en œuvre conjointe : un pays développé ou en transition vers une économie de marché peut recevoir des « unités de réduction d’émissions » quand il aide à financer des projets qui réduisent les émissions nettes dans un autre pays développé ou en transition vers une économie de marché, concerne avant tout le financement de projets dans les pays d’Europe de l’Est.
  • le mécanisme de développement propre : projet dans pays « en développement » (qui n’a pas de droits d’émissions qui sont alors créés)

COP 15 (Copenhague 2009)

Se solde par un non accord

Doha 2012

Prolonger jusqu’en 2020 la durée de vie du protocole de Kyoto, retrait de la Russie, du Japon et du Canada, les signataires ne représentent plus que 15 % des émissions mondiales à effet de serre.

COP 19 : Varsovie 2013 « Sommet sur le climat et le charbon »

Les ONG (Oxfam, Greenpeace, Amis de la terre International…), syndicats et mouvements sociaux ont décidé de quitter les négociations climatiques à Varsovie, sous les slogans “Assez de paroles, des actes”, “les pollueurs parlent, nous marchons”, “écoutez les peuples, pas les pollueurs”.

Les enjeux en 2015

COP 21 du 30 novembre au 12 décembre au Bourget

Côté négociations :

  • C’est l’année butoir décidée pour signer un nouveau protocole international, destiné à succéder aux accords de Kyoto
  • Il y aura vraisemblablement un accord à Paris (préparation du texte à Genève), mais un très mauvais accord qui « verrouillera des conséquences catastrophiques pour l’avenir de la planète et de l’humanité ».
  • Décision qu’il faudrait prendre : laisser 80 % des réserves des combustibles fossiles connues sous terre
  • Aucun objectif concret pour 2025-2030 alors que les émissions mondiales de GES doivent être réduites à 44 gigatonnes (Gt) de CO2 d’ici 2020, 40 Gt en 2025 et 35 Gt en 2030.
  • Accord sur l’idée que, jusqu’en 2030, chaque pays fera ce qu’il peut /veut et que la CCNUCC se contentera de résumer les « contributions projetées telles qu’elles seront déterminées au niveau national »
  • Le débat achope toujours sur qui doit faire quoi
  • Accord Chine-USA comme “référence” (Chine commencer à réduire émission en 2030 – USA réduire de 25 à 28 % par rapport à 2005 d’ici 2025.
  • La COP 21 ouvrira la porte à de nouveaux mécanismes de marché du carbone, leur développement réel sera convenu aux COP futures.
  • Faiblesse du financement (Lima 10 milliards $ / 100 milliards par an prévus par plusieurs COP)
  • Rien sur les droits des migrants (réfugiés climatiques toujours non reconnus)
  • Aucune sanction si non-respect des engagements.

Côté mobilisation :

Tout ce qu’on peut attendre ce sont les mobilisations à l’occasion des COP qui mettent sur le devant de la scène les questions du climat et les enjeux sociaux, politiques, rapports internationaux…

Dernière grande mobilisation internationale = Copenhague en 2009 (100 000 manifestant•e•s)
Suivi par la Conférence mondiale des peuples contre le changement climatique à Cochabamba comme « réponse » à l’échec de Copenhague.
Mais qui laisse aussi un bilan mitigé / centrer tout sur la conférence elle-même

Ce qui se prépare

Si la COP 21 en décembre 2015 est une échéance clef, les choses doivent se préparer dès maintenant et au-delà l’enjeu est de construire un mouvement large et durable sur la question de la justice climatique et sociale.

Les échéances

  • 30-31 mai : mille initiatives pour le climat (avant la semaine de négociations intermédiaires de Bonn, le G7 en Bavière, le sommet UE-Amérique Latine à Bruxelles, cf. Coalition climat 21
  • Participer aux initiatives et leur donner visibilité aussi dans notre presse
  • Lien avec mobilisations contre les GPII, Confédération paysanne contre agro-industrie. (1000 vaches…)
  • NDDL 11 et 12 juillet : « chauffe la lutte pas le climat »
  • 26-27 septembre : nouveau week-end d’initiatives dans les différentes villes et régions, à Paris Alternatiba Île-de-France et arrivée du tour en tandem
  • Week-end des 28 et 29 novembre : mobilisation de masse décentralisée dans les capitales du monde entier
  • Pendant les deux semaines de la COP21 : Montée en puissance des mobilisations, sommet alternatif…
  • 12 décembre : Mobilisation de masse à Paris

Les principales dates des négociations internationales sur le changement climatique

  • 1992 Signature de la Convention cadre des Nations unies sur le changement climatique au Sommet de la Terre de Rio de Janeiro
  • 1994 Entrée en vigueur de la CCNUCC
  • 1995 COP1 à Berlin 
  • 1997 Adoption du protocole de Kyoto
  • 1997-2005 Processus de ratification par les signataires du Protocole
  • 2005 Entrée en vigueur du protocole de Kyoto
  • 2005 Conférence de Montréal lançant les négociations sur une deuxième période d’engagement sous le protocole de Kyoto (après 2012)
  • 2007 Plan d’action de Bali pour aboutir en 2009 à un accord mondial qui prendrait la suite du Protocole (après 2012)
  • 2008 Entrée en vigueur de la première période d’engagement sous le protocole de Kyoto, d’une durée de cinq ans (2008-2012)
  • 2009 Echec de la Conférence de Copenhague, signature d’une déclaration politique en dehors du système des Nations unies (l’Accord de Copenhague)
  • 2010 Conférence de Cancun qui inscrit les acquis de l’Accord de Copenhague dans le système onusien
  • 2011 Conférence de Durban qui lance un nouveau processus de négociation, d’ici 2015 et dans le cadre de la « Plateforme de Durban », d’un nouvel accord mondial qui doit entrer en vigueur au plus tard en 2020
  • 2012 Fin de la 1ère période d’engagement sous le protocole de Kyoto
  • 2013 Année présumée du début de la 2e période d’engagement sous le protocole de Kyoto
  • 2013 COP19 en Pologne
  • 2014 COP20 à Lima
  • 2015 Année présumée de la signature de l’accord mondial (COP21 en France )
  • 2015-2020 Période de ratification de l’accord mondial par les Etats
  • 2020 Échéance pour l’entrée en vigueur de l’accord mondial

Christine Poupin
Commission nationale écologie et porte parole nationale du NPA

Répondre à cet article

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le lundi 11 décembre 2017