Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Com. > Tracts > Tracts NPA > Tracts locaux (NPA 32) > Tract de la semaine : Contre la loi Travail et le gouvernement, toutes et (...)

Tract de la semaine : Contre la loi Travail et le gouvernement, toutes et tous à Auch le 14 juin

La mobilisation contre la loi travail résiste depuis plus de trois mois à une répression sans précédent, au coup de force du 49.3 et aux manœuvres de division et de dénigrement menées par le gouvernement.

Répression, violence policière et arrogance : les seules réponses du gouvernement

À Lille, un jeune militant CGT arrêté le 17 mai est placé en détention préventive jusqu’à son procès le 9 juin. Il risque une peine de prison ferme pour un acte qu’il nie avoir commis. À Rennes, la police a chargé les manifestant•e•s avec des véhicules pour les empêcher de bloquer la rocade. À Saint-Malo, dans un quartier populaire, des enfants ont été blessés par la police qui les a délogés brutalement alors qu’ils bloquaient l’entrée de leur collège menacé de fermeture.

Le gouvernement pousse la provocation jusqu’à tenir un meeting de soutien à la loi travail, avec Valls, El Khomri, Cambadélis et Le Foll, dans lequel ils osent prétendre qu’ils vont « défendre le progrès social » !

Tout le monde déteste la loi Travail et le gouvernement

Le rejet vient de loin, de toute la rage accumulée contre des politiques qui appauvrissent les plus pauvres, fragilisent les salarié•e•s et profitent encore et encore aux actionnaires, contre des politiques menées par un pouvoir toujours plus discrédité, rattrapé par de multiples scandales de fraudes et malversations, illustrées encore récemment par la triche fiscale de Macron.

Gagner, c’est possible !

Des secteurs capables de bloquer l’économie sont en grève reconductible : raffineries, rail, ports, énergie… Ces grèves sont largement soutenues et le mouvement est très populaire malgré les campagnes de dénigrement. Impopularité du gouvernement d’un côté, popularité du mouvement de l’autre : c’est la possibilité de gagner.

Des grèves moins médiatisées ont aussi lieu dans le privé. Mais il reste d’énormes forces à mobiliser dans les quartiers et dans les entreprises, parmi les salarié•e•s, intérimaires, précaires, chômeur•e•s, retraité•e•s ou étudiant•e•s…

Alors il faut convaincre, mobiliser, utiliser tous les moyens pour que le rapport de forces s’exprime : la grève évidemment, les blocages et occupations, être présents partout, y compris avec la votation citoyenne pour interpeller et entraîner dans l’action… La loi est encore en discussion, les soubresauts parlementaires ne sont pas terminés.

En grève pour gagner, c’est le moment

Pour arracher le retrait de la loi travail et la chute du gouvernement Valls, qui lui a lié son sort en utilisant le 49.3, il faut encore pousser notre avantage, construire le rapport de force. Nous devons généraliser la grève, car les raffineurs et les cheminots ne peuvent pas se battre pour tout le monde : tous les salariés doivent se mettre en mouvement.

Le gouvernement français compte bien utiliser l’Euro 2016 de football qui débutera ce vendredi 10 juin contre la mobilisation. À nous d’utiliser cette exposition médiatique, publicitaire et financière internationale pour donner plus d’écho au mouvement et amplifier la crise politique.

Nous avons quelques jours pour préparer la manifestation nationale du mardi 14 juin comme un événement exceptionnel, une démonstration de force qui doit faire date. Toutes et tous à 8 h 30 pour bloquer le rond-point de Leclerc à Auch puis manifestation à 10 h 30.

Répondre à cet article

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le lundi 11 décembre 2017