Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Libre expression > Coups de gueule > Les égyptiens n’ont plus de sucre, ils n’ont qu’à manger des Rafales (...)

Les égyptiens n’ont plus de sucre, ils n’ont qu’à manger des Rafales !

Le Monde nous apprend que l’Égypte manque de sucre. En fait, on l’aura compris, ce sont les égyptien•ne•s qui ont de plus en plus de mal à trouver des denrées de consommation courante comme l’huile, le riz ou le sucre, sans parler des médicaments. Les réserves de change sont tellement basses que le pays ne peut plus importer ces produits de base.

Il a négocié un emprunt de 12 millards de dollar avec le FMI, qui a évidemment mis ses conditions à l’octroi de ce prêt : mesures d’austérité et dévaluation de la livre. Depuis, la devise égyptienne flotte, ou devrait-on dire sombre, au plus bas, elle a déjà perdu 50 % de sa valeur et ce n’est qu’un début.

Pourtant, l’année dernière le gouvernement français se gargarisait d’avoir vendu vingt-quatre Rafales et deux frégates à l’Égypte pour un montant de plus de 5 milliards d’euros (en mettre en regard des 200 millions qui manquent à l’Égypte pour satisfaire ses besoins en sucre…). Et en avril de cette année, Hollande se rendait au Caire, accompagné d’une trentaine de patrons français, pour y faire des affaires avec le général-dictateur al-Sissi. Comme le disait Julien Salingue dans un article (voir ci-dessous), « Une ligne supplémentaire au lamentable CV de Hollande et de son gouvernement qui, non contents de mener une politique antisociale et répressive en France, se font les complices des assassins des soulèvements démocratiques de 2011 pour les seuls intérêts du capitalisme français. »

On peut rajouter aujourd’hui que cette politique de la France affame littéralement le peuple égyptien. Mais Hollande n’a que faire de la faim des sans-dents égyptiens du moment que Dassault se gave des juteux contrats de Rafales !

François


Article du Monde du 3 novembre 2011 : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/11/03/l-egypte-manque-de-sucre-consequence-de-la-crise-monetaire-qui-etrangle-son-economie_5024842_3212.html

L’Égypte manque de sucre, conséquence de la crise monétaire qui étrangle son économie

Après l’huile, le riz, les médicaments, la denrée s’épuise et fait l’objet de trafics alors que Le Caire vient d’annoncer une dévaluation de 48% de sa monnaie.

… lire la suite ici.

Par Aziz El Massassi (contributeur Le Monde Afrique, Le Caire)


Article du NPA : https://npa2009.org/actualite/international/hollande-en-egypte-du-business-avec-un-bourreau

Hollande en Égypte : du business avec un bourreau

Après Manuel Valls en octobre dernier, c’est donc François Hollande qui a « rendu visite » au dictateur mégalomane égyptien Abdel-Fattah al-Sissi. Une visite qui, à en croire la presse, aurait été marquée par « l’omniprésence de la question des droits de l’homme ». On ne sait si l’on doit rire ou pleurer devant de telles absurdités. Car ce qui ressort de la visite de Hollande, qui était accompagné d’une trentaine de chefs d’entreprise français (sans doute pour parler des droits de l’homme), c’est avant tout la signature de nouveaux contrats avec le régime dictatorial de Sissi.

Après les 24 Rafale et les deux frégates vendues à l’Égypte l’année dernière, ce sont donc de nouveaux marchés juteux qui ont été obtenus par Hollande, qui a lui-même expliqué que « ce qui est en jeu, ce sont les échanges, la croissance, le commerce, l’investissement, mais aussi la stabilité, la sécurité, le développement ». Voilà qui ne peut que ravir le régime de Sissi, qui n’en demandait pas tant, alors que depuis le sanglant coup d’État de juillet 2013, les rapports d’associations et d’ONG égyptiennes et internationales n’ont eu de cesse de dénoncer les pratiques autoritaires du maréchal devenu président.

Nicolas Krameyer d’Amnesty international a rappelé à l’occasion de la visite de Hollande que « la répression en Égypte n’a jamais atteint les sommets actuels au cours des soixante dernières années [et qu’]elle peut être comparée à celle des anciennes dictatures militaires latino-américaines ». Depuis un an, on estime que ce sont environ une centaine de personnes qui « disparaissent » chaque mois, tandis que des dizaines de milliers d’opposants (réels ou supposés) ont été arrêtés depuis juillet 2013 et que la « justice » égyptienne, pour la seule année 2015, a prononcé 538 condamnations à mort lors de parodies de procès.

Alors que la réprobation internationale contre le régime Sissi s’étend (l’Italie vient même de rappeler son ambassadeur au Caire), la France renforce son « partenariat économique et stratégique » avec le bourreau du peuple égyptien. Une ligne supplémentaire au lamentable CV de Hollande et de son gouvernement qui, non contents de mener une politique antisociale et répressive en France, se font les complices des assassins des soulèvements démocratiques de 2011 pour les seuls intérêts du capitalisme français.

Julien Salingue

Répondre à cet article

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le lundi 11 décembre 2017