Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Com. > Communiqués de presse > Communiqués de presse NPA national > Arrestations au Pays basque. Communiqué du NPA, autres communiqués et (...)

Arrestations au Pays basque. Communiqué du NPA, autres communiqués et pétition

Communiqué du NPA

Jusqu’où l’acharnement, la répression et le mensonge d’État ?

Cinq militant•e•s, dont Txetx Etcherverry, fondateur du mouvement écologiste et altermondialiste Bizi !, Michel Berhocoirigoin, syndicaliste paysan, ancien président de la chambre d’agriculture du Pays-Basque, Michel Bergougnan, coopérateur viticole et Béatrice Molle-Haran, ont été interpellés par le RAID.

Les polices française et espagnole se vantent « de la saisie d’un important stock d’armes » et « d’avoir porté un coup dur à l’ETA ».

C’est un énorme mensonge et une manipulation éhontée. Ces armes étaient destinées à être neutralisées dans le cadre d’une démarche pacifiste, parfaitement publique, transparente et revendiquée. Les militantEs, syndicalistes, altermondialistes, journalistes… ont proposé à l’organisation ETA dans le cadre de son processus de désarmement de « de transférer à la société civile la responsabilité politique de la destruction de son arsenal militaire ».

Non contents de bloquer le processus de désarmement, les États français et espagnol criminalisent celles et ceux qui œuvrent à relancer le processus.

Le NPA dénonce cette manipulation et exige la libération immédiate et l’arrêt des poursuites contre les militant•e•s.

Montreuil, le 17 décembre 2016


Communiqué de la Confédération paysanne

Pays Basque : Les faiseurs de paix ne sont pas des terroristes [1]

C’est avec stupeur et indignation que nous avons appris l’arrestation à Louhossoa de plusieurs militants basques, dont Michel Berrocoirigoin paysan militant à la Conf’. La Confédération paysanne demande leur libération immédiate et affirme sa solidarité avec cette action. Le mouvement social, porteur des aspirations légitimes d’un nombre croissant de citoyens, doit plus que jamais s’organiser, se mobiliser et s’engager pour prendre en main ce que les dirigeants politiques négligent ou manipulent à des fins bassement politiciennes.

Avec ces arrestations, les gouvernements entravent le processus et l’aspiration du peuple basque à vivre dans la paix. En choisissant de mettre sous les verrous des militants pacifistes, l’Etat français poursuit son travail de répression et d’intimidation contre celles et ceux qui osent lutter, revendiquer et agir pour l’intérêt commun. La Confédération paysanne appelle à rester mobilisés et à soutenir toutes les actions ayant pour but de faire libérer les militants arrêtés au Pays Basque.

17.12.2016


Nous demandons la libération immédiate des faiseurs de paix du Pays-Basque [2]

Cette nuit, des « faiseurs de paix », parmi lesquels l’écologiste Txetx Etcheverry et le paysan Berrocohirigoin, ont été arrêtés par la police. Des personnalités demandent leur libération.

Cette nuit de vendredi 16 décembre à samedi, à Louhossoa (Pays-Basque), des personnalités de la société civile ont été interpellés par le RAID, alors qu’ils tentaient de rendre inutilisable le stock d’armes de l’organisation séparatiste basque, ETA, avant de le remettre ultérieurement aux autorités françaises.

Les personnes interpellées, avec qui nous partageons nombres d’engagements et de luttes, sont connus pour leur rejet de la violence et pour leur non appartenance à l’organisation séparatiste ETA.

Certains vont tenter de retourner cette arrestation en les accusant d’être instrumentalisés. Ce serait ignorer la dernière déclaration publique d’ETA qui annonce confier à la société civile « la responsabilité politique du désarmement » et indique : « Notre objectif est de pouvoir déclarer dans les plus brefs délais qu’ETA n’est plus une organisation armée. »

Michel Tubiana, président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme, LDH, aurait aussi du être présent à Louhossoa cette nuit et a participé aux échanges de courrier avec ETA pour entamer ce processus de désarmement, corolaire indispensable au processus de paix. Avec Txetx Etcheverry et Michel Berrocohirigoin, il écrivait récemment : « Nous nous situons en intermédiaires entre une organisation armée avec laquelle nous n’avons aucun lien ni subordination, et un Etat que nous voulons amener à réfléchir. Ceci peut être qualifié de prétentieux, mais nous avons décidé de prendre nos responsabilités avec la conviction que cela peut être utile à la paix. »

Il ne pourra y avoir de paix durable et partagée en Pays Basque, tant que les Etats Français et Espagnols ne s’impliqueront pas dans le processus. Il est temps d’entendre les voix et les actions des personnalités, des élus de tout bord et de la société civile qui demandent une sortie de la spirale de violence.

Nous demandons la libération immédiate des militants interpellés cette nuit : Txetx (Jean-Noël) Etcherverry, fondateur du mouvement écologiste et altermondialiste Bizi ! ; Michel Berhocoirigoin, syndicaliste paysan, ancien président de la chambre d’agriculture du Pays-Basque, Michel Bergougnian, coopérateur viticole, Béatrice Molle-Haran, journaliste, et Stéphane Etchegaray, professionnel de l’audiovisuel chargé de filmer la scène.

Signataires :

  • François Alfonsi, ancien député européen, président de l’Alliance Libre Européenne ;
  • Geneviève Azam, membre du conseil scientifique d’ATTAC ;
  • José Bové, ancien porte-parole de la Confédération Paysanne, député européen ;
  • François Dufour, ancien porte-parole de la Confédération Paysanne et vice-président de la Région Basse Normandie ;
  • Pascal Durand, avocat, député européen ;
  • Susan Georges, présidente d’honneur d’ATTAC ;
  • Laurent Pinatel, paysan, porte-parole de la Confédération Paysanne ;
  • Yannick Jadot, ancien directeur de Greenpeace, député européen.

Pétition en ligne demandant la libération des 5 personnes arrêtées : http://artisansdelapaix.wesign.it/fr

Demandons la libération des 5 #ArtisansDeLaPaix

5 militants non-violents ont été arrêtés pour avoir enclenché le processus de désarmement de l’organisation armée ETA, et de procéder à la destruction d’un premier stock d’armes.

Txetx Etcheverry (co-fondateur de Bizi, Alternatiba et ANV-COP21), Michel Berhocoirigoin (co-fondateur et ancien président de EHLG, la Chambre d’agriculture alternative du Pays Basque), Michel Bergougnian (coopérateur viticole dans l’appellation basque Irouléguy), Béatrice Haran-Molle (journaliste), et Stéphane Etchegaray, dit Etxe (professionnel de l’audiovisuel chargé de filmer la destruction des armes par les protagonistes), ont été arrêté par la police vendredi 16 décembre à Louhossoa (Pays Basque) alors qu’ils procédaient à la neutralisation des armes d’ETA, dans l’objectif de les remettre ensuite aux autorités.

Leur action vise à palier à l’absence d’implication des Etats français et espagnol dans cette entreprise de désarmement, nécessaire au déroulement du processus de paix au Pays Basque.

Txetx Etcheverry, Michel Berhocoirigoin, mais aussi Michel Tubiana, président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme, avaient précisé leur démarche dans des courriers qui ont été transmis à la presse : « Nous nous situons en intermédiaires entre une organisation armée avec laquelle nous n’avons aucun lien ni subordination, et un Etat que nous voulons amener à réfléchir. (…) Nous avons décidé de prendre nos responsabilités avec la conviction que cela peut être utile à la paix. C’est pourquoi, nous avons proposé à l’organisation ETA de transférer à la société civile la responsabilité politique de la destruction de son arsenal militaire. Nous avons choisi de le faire de manière publique et assumée, à l’instar des engagements dont nous sommes porteurs. Ces engagements sont publics et transparents. Ils sont caractérisés par l’implication personnelle, le souci de la démocratie, le choix de la non-violence ».

L’action de destruction d’armes qui a été menée par les artisans de la paix relève d’une démarche non-violente, transparente et courageuse pour faire avancer ce processus de paix.
Nous demandons que les gouvernements français et espagnols s’engagent concrètement dans ce processus de paix et suivent les recommandations de la Conférence Internationale de Paix de Aiete (déclaration intégrale sur la paix au Pays Basque tenue en octobre 2011 à Saint-Sébastien).

Nous demandons la libération immédiate des #ArtisansDeLaPaix Txetx Etcheverry, Michel Berhocoirigoin, Michel Bergougnian, Béatrice Haran-Molle, Stéphane Etchegaray.

Voir en ligne : Site du NPA national

Répondre à cet article

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le lundi 11 décembre 2017