Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > S’informer > Oppressions > Handicap > Handicap : pour qui roule l’APF ?

Handicap : pour qui roule l’APF ?

« Intention de vote électeurs handicapés : Mélenchon en tête » : venant de l’APF, on s’attend à une enquête sérieuse. Mais on déchante vite, le vocabulaire utilisé ne laisse présager rien de bon : enquête, consultation, interviews, questionnaire… il faudrait savoir.

Deux échantilllons, un pour les personnes en situation de handicapé et un autre pour le « grand public » avec deux méthodologies différentes, ça commence mal [1].

Commençons par le « grand public » :

La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération

nous assure l’Ifop, l’institut (le terme “institut” donne confiance sauf qu’il s’agit d’une entreprise privée qui fait des profits en réalisant des sondages de cet acabit) chargé de l’enquête par l’APF. Ben voyons, on prend 1 000 personnes. On divise grossièrement par deux pour avoir 500 femmes et 500 hommes. Ce qui ne laisse plus que 220 personnes actives par sexe. Prenons les femmes, ça fait autour de 50 femmes dans la trentaine. Et maintenant on tient compte de la profession. 50 femmes entre 30 et 40 ans sont supposées représentées toutes les femmes de leur âge. Après stratification par région et même si on ne prend en compte que les régions métropolitaines, il ne ne reste même pas 4 femmes. Comme en plus, l’Ifop prétend tenir compte de la catégorie d’agglomération… Origine sociale, couleur de peau, éducation, situation familiale ? À moins de couper ces femmes en petits morceaux ! Avec ce genre de statistiques, pas étonnant que les sondeurs se soient plantés grave avec le Brexit et Trump.

Mais ça, c’est la partie la plus sérieuse de l’enquête… car pour l’échantillon « handicapés », l’Ifop se fiche vraiment du monde, certes l’échantillon paraît important (4 850 personnes), sauf que ces personnes n’ont aucunement étaient sélectionnées de manière neutre. Elles ont répondu à l’enquête de l’APF ! Avec tout le respect qu’on doit à une association comme l’APF, elle est loin de représenter tous les handicapé•e•s. Et surtout, tous les handicapé•e•s ne sont pas abonnées à ses « différents canaux de communication » et ne sont pas sur les « réseaux sociaux ».

À ce stade-là, on pourrait re-titrer le résultat de l’enquête « Intention de vote électeurs handicapés : Mélenchon en tête » par « Intention de vote des électeurs handicapés membres de l’APF et qui ont répondu à l’enquête de l’APF : Mélenchon en tête ». Ce n’est pas tout à fait, et même pas du tout, la même chose.

Et ça s’aggrave. Car « la consultation s’est déroulée par questionnaire auto-administré en ligne ». Et ça, franchement, c’est indigne venant de l’APF. Non seulement les questionnaires auto-administrés n’ont aucune valeur statistique - par contre ils ont une valeur monétaire, ils coûtent beaucoup moins cher… - mais le fait que la consultation ait eu lieu en ligne implique que les sondé•e•s aient accès à internet. Ce qui n’est pas le cas de beaucoup de handicapés. Soit pour des raisons financières, soit pour des raisons de handicap, soit pour des problèmes d’accès à internet, soit tout simplement parce que, par définition, seules les personnes qui en ont envie répondent à un questionnaire auto-administré ! Mais pour l’Ifop et pour l’APF, une personne qui remplit un questionnaire en ligne est « interviewée ».

Pour résumer, 24 % des personnes qui ont accès à internet, qui font partie des réseaux de l’APF et qui ont bien voulu remplir un questionnaire en ligne, ont exprimé l’intention de voter pour Mélenchon. En aucun cas, cela ne place Mélenchon en tête des intentions de vote des handicapés. Étant donnés tous les biais de cette prétendue enquête, on ne peut que déduire que les dirigeants de l’APF, eux, ont l’intention de voter Mélenchon… Qu’ils aient au moins la décence de ne pas instrumentaliser le vote des personnes en situation de handicap !

La brindille et le râteau

Répondre à cet article

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le lundi 11 décembre 2017