Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > S’informer > International > Fiscalité, corruption > Pour le capital c’est l’évasion fiscale, pour les ouvriers c’est l’austérité (...)

Pour le capital c’est l’évasion fiscale, pour les ouvriers c’est l’austérité !

Samedi 4 mai 2013

Le NPA dénonce le gouvernement « sponsor officiel des paradis fiscaux »(AFP 03/05/2013) Samedi 4 mai 2013

PARIS, 03 mai 2013 (AFP) -

Une vingtaine de sympathisants du NPA, Olivier Besancenot en tête, ont manifesté brièvement vendredi autour et dans la Banque de France à Paris pour dénoncer le « gouvernement sponsor officiel des paradis fiscaux » et appeler à défiler dimanche avec le Front de gauche.

« Nous avons un gouvernement de +gauche+ qui nous a prouvé qu’il est le sponsor officiel des paradis fiscaux », a expliqué à la presse Olivier Besancenot qui, avec une vingtaine de sympathisants du nouveau parti anticapitaliste (NPA), venait de pénétrer dans la cour de la Banque de France.

« Pourquoi le gouvernement ne retire-t-il pas les accréditations à toutes les banques qui ont des filiales dans des paradis fiscaux ? », a-t-il interrogé.

Habillés de T-shirts rouge portant l’inscription « on lâche rien, on change tout », le petit groupe a couru autour de l’établissement public rebaptisant les rues « avenue des paradis fiscaux » et collant des affiches « sponsor officiel des paradis fiscaux » sur les murs.

Feu de bengale à la main, slogans chantés à tue-tête, le groupe est également entré brièvement dans la cour de l’établissement, le temps de dérouler une banderole sur laquelle était inscrit « bienvenue à la cour des miracles fiscaux ».

« Le gouvernement est du côté des marchés et pas des salariés », a déclaré Olivier Besancenot qui a appelé à manifester dimanche « pour que la contestation change de camp ». « On a vu la droite et l’extrême droite manifester », a expliqué l’ancien candidat à l’élection présidentielle, « la contestation contre le gouvernement change de camps » dimanche.

« Nous appelons à manifester sur nos propres bases », a toutefois rappelé M.
Besancenot qui n’est pas d’accord sur la VIe République de Jean-Luc Mélenchon
et du Front de gauche (FG)

"On ne change pas les choses en changeant les gens (...) Il faut changer
les règles", a-t-il dit estimant que si Jean-Luc Mélenchon devenait Premier
ministre ce serait plutôt qu’un coup de balai un "coup de plumeau pour
nettoyer le mobilier de Matignon".

P.-S.

Répondre à cet article

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le lundi 11 décembre 2017