Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Tout sur le NPA > Vie du NPA 32 > Conseil politique national du NPA : mobiliséEs dans cette rentrée

Conseil politique national du NPA : mobiliséEs dans cette rentrée

La crise politique à laquelle le pouvoir se trouve confronté en cette rentrée, mais aussi les luttes sociales de l’été et la situation internationale, ont été au cœur des discussions du conseil politique national qui s’est tenu les 20 et 21 septembre.

La fuite en avant de Hollande-Valls dans l’application des revendications du Medef et son rejet par la population alimentent une crise politique d’une ampleur inégalée pouvant conduire à des explosions à l’issue progressiste incertaine. La crise économique en est la source tant le patronat cherche à restaurer ses profits par une baisse drastique du coût du travail.

S’opposer aux politiques antisociales et à la guerre

La « fronde » parlementaire et le vote de confiance ont montré un gouvernement ne disposant plus d’une majorité absolue au Parlement, minant le régime présidentiel et le bipartisme. Le FN profite de cette situation, de la crise de la droite que le retour de Sarkozy ne pourrait masquer qu’un temps. Loin d’être antisystème, le FN n’aspire qu’à accéder au pouvoir pour mener une politique autoritaire contre les pauvres. Cela représenterait un recul considérable, un saut dans l’offensive contre les classes populaires. Et exige donc l’unité la plus large pour le combattre.
Face à la crise du PS, une partie du Front de gauche préconise une majorité parlementaire alternative, refuse de se situer en rupture claire avec le gouvernement. Et l’ambition personnelle de Jean-Luc Mélenchon contredit le nécessaire combat contre la Ve République.

Les mobilisations de juin-juillet, en particulier celles des cheminotEs et des intermittentEs et précaires, la lutte à Notre-Dame-des-Landes ou la manifestation du 12 avril ont montré qu’il est possible de s’opposer concrètement aux politiques antisociales.

Au niveau international, l’exacerbation de la concurrence s’accompagne de tensions, de guerre contre les peuples, conséquences de l’offensive globale menée par les classes dominantes. S’alignant sur l’impérialisme US en Palestine et en Irak, le gouvernement prétend jouer le gendarme du monde. Exigeant le retrait des troupes françaises d’Afrique et du Moyen-Orient, le CPN [1] a exprimé sa solidarité avec les forces démocratiques qui résistent à la terreur de « l’État islamique ». Il a indiqué que c’est à ces forces démocratiques qu’il faudrait donner des armes, un point qui a fait débat.

Construire les luttes, rassembler autour de mesures d’urgence anticapitalistes

Nous voulons rassembler celles et ceux qui s’opposent à l’austérité, à la destruction des services publics, des droits sociaux, des droits des femmes et des LGBTI, aux grands projets inutiles, imposés et destructeurs, unir les résistances, les faire converger pour faire céder le gouvernement et le patronat. Pour cela, il y a besoin de construire des luttes actives donc auto-organisées, et de rassembler toutes celles et tous ceux qui veulent s’opposer, à gauche, à la politique menée, sur des objectifs et des revendications concrètes. La proposition d’une manifestation contre le budget se place dans cette perspective. Quant aux initiatives syndicales, elles devraient s’inscrire dans un plan d’action pour un mouvement d’ensemble.

Combinant mesures d’urgence immédiates et rupture avec le capitalisme, nos propositions visent à donner des objectifs, une perspective politique aux luttes. À la question de la chute du gouvernement, nous répondons contenu et construction du rapport de forces pour imposer un gouvernement anticapitaliste appliquant un programme de rupture sociale, écologiste et démocratique porté par la mobilisation et l’auto-organisation des exploitéEs et des oppriméEs. Votée par 64 % des membres du CPN, la résolution majoritaire se conclut sur la nécessité de construire le NPA et de renforcer notre intervention.

Un congrès en préparation

Le CPN a entamé la discussion sur l’ordre du jour et les enjeux du prochain congrès du NPA prévu fin janvier 2015. La complexité de la situation, les attaques multiformes et les approches différentes concernant les priorités à donner à nos débats et à notre intervention rendent difficile à cette étape de déterminer un ordre du jour consensuel.

Six points de vue se sont exprimés sur les enjeux à l’ouverture de la discussion, ce qui n’empêchera pas des rapprochements ultérieurs souhaités par de nombreux membres du parti. Une commission de travail a été mise en place. Elle proposera un ordre du jour et continuera le travail d’élaboration des textes soumis au vote des militantEs.

Unanimité pour la relaxe d’Alain Pojolat

La mobilisation en solidarité avec le peuple palestinien contre la guerre sans fin que lui mène l’État d’Israël et les massacres perpétrés à Gaza a rencontré un large écho en France comme dans de nombreux pays. Mais la répression s’abat sur les militants solidaires de la Palestine, que ce soit dans le cadre de la campagne BDS [2] ou contre notre camarade Alain Pojolat, qui a signé les dépôts de manifestations, ensuite interdites.

À l’unanimité, le CPN a exigé que les poursuites contre Alain Pojolat soient levées : manifester est un droit et même, dans certaines circonstances, un devoir, et il est scandaleux que quiconque puisse être condamné pour avoir voulu exercer ce droit. Le CPN a aussi estimé que les poursuites contre celles et ceux qui ont participé ou organisé les manifestations ou qui s’investissent dans la campagne de boycott d’Israël, doivent être abandonnées, et exige l’abrogation de la circulaire Alliot-Marie qui criminalise ce boycott.

Côme Pierron

Aidez le NPA !

Le CPN a lancé une souscription pour faire face aux dépenses courantes et exceptionnelles, mobiliser le parti et renforcer les contacts avec notre milieu en menant une campagne financière et politique. Alors que la crise économique n’en finit pas de s’aggraver, que le champ politique se recompose, que l’extrême-droite se rapproche du pouvoir, que les échéances – électorales ou pas – pourraient se précipiter, le NPA a des responsabilités pour être utile et aider à une riposte de masse, radicale et démocratique. D’autant que ces derniers mois ont montré que le NPA et ses membres jouaient un rôle actif dans les luttes.

En récoltant finalement 400 000 euros en début d’année, en nous organisant à un niveau supérieur à l’habitude, la campagne 2013 a prouvé que nous pouvions dépasser la barre des 200 000 euros. Le CPN a donc fixé comme objectif d’atteindre les 400 000 euros pour cette année 2014. Il appelle tous les membres du parti, les sympathisantEs, les amiEs, à contribuer à cet objectif dès ces prochaines semaines.

Voir en ligne : Voir l’article sur le site national du NPA

Notes

[1Conseil politique du NPA

[2Boycott - Désinvestissment - Sanctions

Répondre à cet article

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le lundi 11 décembre 2017